top of page

Ecoute ton corps te parle : MAL DE DOS & CONFLITS EMOTIONNELS

Le corps et l'esprit sont liés incontestablement. Les maux du deuxième sont matérialisés dans la matière du premier. Vouloir soigner le corps sans guérir l'esprit ne sert à rien. Combien de douleurs et maladies disparaissent comme par "magie", dès que la blessure émotionnelle qui habite l'âme est guérie. Dans cette série d'articles que je vous propose désormais, régulièrement je vais mettre en lumière une partie du corps ou une maladie en particulier. J'espère que vous y trouverez un début de réponse à votre problème. Laissez-moi un commentaire pour me dire si cette explication vous parle, si vous voulez en savoir sur un maux ou une maladie ou pour simplement me poser une question. Bonne lecture !






Le dos représente le soutien et le support de la vie. Il me protège si je me sens impuissant par rapport à une personne ou une situation (je tourne le dos), en cas de besoin.

Si mon fardeau est trop lourd, si je manque de support ou si je ne me sens pas supporté, mon dos réagit en conséquence. Certaines douleurs peuvent apparaître. J’ai besoin d’être soutenu sinon, je pense à tout laisser tomber

Si j’en ai « plein le dos », mon dos n’en peut plus et les malaises surgissent. J’ai l’impression que ma survie est en danger, que l’on va me « laisser tomber ». Je ne supporte plus ce qui m’arrive. Je peux avoir l’impression d’être « acculé au pied du mur » dans certaines situations ou d’avoir toujours « quelqu’un sur mon dos ». Je prends conscience que je m’appuie sur quelque chose ou quelqu’un qui est extérieur à moi. Par manque de confiance, j’ai de la difficulté à avancer. Je vis de la frustration. Je peux avoir le dos large ou m’incliner par respect ou acceptation. Peu importe, un mal de dos indique que je veux me sauver de quelque chose en le plaçant derrière moi. Mon dos me permet de cacher les expériences qui m’ont causé confusion ou peine. J’y mets tout ce que je ne désire pas voir ou laisser voir aux autres. Mon dos cache aussi mon passé, tout ce qui est inconscient ou inconnu. J’y enfouis mes rêves, mes désirs que je ne crois plus pouvoir réaliser. Je suis profondément blessé, incapable d’exprimer ces émotions bloquées. Je refuse de voir ce qui ne fait pas mon bonheur. Je peux avoir reçu « un coup de poignard dans le dos », je vis cette situation comme une trahison. Par peur des responsabilités, je résiste de toutes mes forces. Un dos souple mais fort indique une souplesse mentale et une grande ouverture d’esprit contrairement aux raideurs dorsales qui signifient orgueil, pouvoir, refus de céder. Si j’accepte de voir et d’exprimer ce qui me dérange, alors je me libère du fardeau que je porte. Si les douleurs au dos sont musculaires, elles indiquent une attitude rigide par rapport aux situations que je rencontre. Si je suis en réaction par rapport à l’autorité, je vais « raidir le dos » par orgueil. Mais si je vis de la soumission, de la peur, je vais « courber le dos » et plus mes préoccupations sont grandes, plus mon dos va me faire souffrir.


SOLUTION : J’accepte de libérer les énergies retenues aux endroits qui font mal ! J’intègre les difficultés de la vie dans l’écriture, le dialogue ou l’échange. Je choisis le moyen qui me convient le mieux, je laisse la vie couler en moi, afin d’apprendre à m’exprimer davantage et à m’affirmer quand j’en ai besoin. J’accepte de «relever les épaules», sachant que j’ai la force nécessaire pour réaliser tous mes projets. J’accepte de m’appuyer sur mes ressources intérieures. Mon intuition me guide dans les actions à faire pour atteindre mes objectifs.



Incarnez Votre Force d’Agir dès aujourd’hui.

Contactez-moi dès aujourd'hui au 0677124206.



Sylvie Palin-Luc

Hypnothérapeute

Conseillère en santé intégrative

0677124206

8 rue Pierre Georges Latécoère 33700 Mérignac


IMPORTANT : Les thérapies complémentaires (hypnose, PNL, DNR et les soins énergétiques)

ne se substituent pas à une démarche thérapeutique traditionnelle, elles ne visent pas à faire un diagnostic ou à prévenir une pathologie. Elles sont compatibles avec tout traitement médical en cours ou à venir. Elles ne peuvent et ne doivent en aucun cas se substituer à un traitement médical qui dans tous les cas doit être poursuivi. En cas de doute demandez l’avis de votre médecin.



Article extrait de "le dictionnaire des maux et des maladies" de Jacques Martel, Ed. 2007

Comments


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Retrouvez-moi
  • Facebook Basic Square