oeil bleu femme

Le Deep Neural Repatterning : une thérapie plus puissante que l'EMDR

Article rédigé par Sylvie Palin-Luc - Paru dans IPMG -

Annuaire des Médecins de la Gironde - 25ème édition - Avril 2022 

Depuis plusieurs années, les découvertes scientifiques ont montré que le corps et l'esprit sont liés et font partie d'un même système cybernétique.

Mais avec les multiples recherches réalisées ces dernières années, les scientifiques se sont aperçus que les échanges neuronaux ne se résumaient pas à quelques correspondances mais plutôt à tout un système composé de multiples correspondances. 

Ainsi des progrès importants ont été réalisés dans le domaine des soins aux traumatismes et à la souffrance psychique. Plusieurs nouvelles techniques thérapeutiques sont apparues dont les plus connues sont basées sur les techniques de mouvements oculaires. Parmi elles l’EMDR (eye movement desensitization and reprocessing) dont vous avez déjà entendu parler ou même pratiqué. Mais il en existe une qui s’avère beaucoup plus rapide et bien plus puissante : le DRN (Deep Neural Repatterning) ?

 

Une thérapie multidimensionnelle qui s’appuie sur les souvenirs émotionnels

 

Technique issue de mouvements thérapeutiques américains, on a longtemps cru que ces thérapies étaient limitées aux mouvements oculaires rapides. Mais par la suite on s'est aperçu que cela fonctionnait aussi bien avec l'ouïe qu'avec le toucher. Puis les recherches scientifiques ont prouvé que l'on obtenait des soulagements de la douleur psychique dès l’instant que la stimulation du cerveau est bilatérale. 

Alors que les formes traditionnelles étaient destinées à soigner des souvenirs traumatiques, aujourd'hui le champ d'application du DNR a été élargi pour aborder toutes les émotions pénibles. Ainsi au lieu de se pencher sur les souvenirs troublants, souvent difficiles à revivre et à décrire, il est aujourd'hui possible de se servir de cette technique pour soulager la détresse psychique dans l'instant présent et cela très rapidement.

Cette nouvelle thérapie qu'est le Deep Neural Repatterning que l’on pourrait traduire en français par "restructuration neuronale profonde" permet d'effectuer des changements en profondeur au niveau des correspondances évoquées ci-dessus. Ainsi le thérapeute agit sur la corporalité et le ressenti émotionnel pour atteindre le système neurologique. 

Un souvenir est un ensemble de sous-modalités associé à une émotion qui elle aussi a une texture, une pulsation, une structure. Un souvenir est un ensemble de vécus. 

En DNR, ce qui nous intéresse c’est de modifier l’émotion ou d’utiliser l’émotion comme ressource pour aller contrer un souvenir plus désagréable. On ne touche pas au souvenir, on en annule juste la charge émotionnelle. 

Le thérapeute peut ainsi utiliser simultanément les sous-modalités, la stimulation bilatérale oculaire, auditive ou corporelle (taping). On parle alors de thérapie multidimensionnelle. Il peut aussi être amené à accéder directement au fonctionnement neurologique de la personne par des méthodes directives déployées de façon respectueuse. 

En DNR, on peut aussi aller plus loin que la modification de la charge émotionnelle, puisque l’on peut effacer un souvenir voire en greffer de nouveaux. Mais ce n’est pas parce que l’on peut le faire que l’on doit le faire. Très souvent on va se contenter d’en modifier la charge émotionnelle pour rendre le souvenir plus agréable à vivre.

Une thérapie instantanée performante sans effet secondaire…

Cette technique est issue de différentes thérapeutiques telles que l’EMDR (Eye Mouvement Désensibilisation and Reprocessing -Intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires), l’IMO (Intégration par Mouvements oculaires), l’EFT (Emotional Freedom Technique -Technique de liberté émotionnelle), et le TIPI (Technique d'Identification sensorielle des Peurs Inconscientes). Mais le DNR va plus loin que ses grandes sœurs dans le nettoyage des émotions. Elle en possède tous les avantages sans les inconvénients (abréactions), ainsi le sujet se sent libéré d'un poids sans en subir les effets secondaires. Et cela grâce à l’accompagnement et à la qualité de l’échange avec le thérapeute.

Cette technique performante donne accès à la résolution de problématiques enfouies. Agissant en profondeur au niveau neurologique, elle permet d'éliminer définitivement la source traumatique passée du sujet qui provoque le désagrément qu'il vit au présent.

 

Par différentes façons d’intervenir sur les traumatismes pour les faire « remonter à la surface », le thérapeute va pouvoir nettoyer les chaînes traumatiques successives, stopper l’accumulation des traumas dont les racines vont parfois plus loin que l’enfance. Les phobies, les peurs conscientes ou inconscientes, la confiance ne soi peuvent ainsi être résolues. 

On peut dire que le DNR est un catalyseur de changements qui exploite la capacité naturelle de la psyché à solutionner des problèmes.

Lors d'une séance de DNR, le praticien ne disséquera pas les problèmes personnels complexes du patient comme dans une séance de psychothérapie classique. Le praticien est tourné "solution".

…et aux multiples avantages

Si au départ le DNR a été développé pour travailler sur les traumatismes, pour lesquels il est très performant, aujourd'hui cette technique est utilisée pour travailler sur les croyances limitantes, les phobies, les motivations, les pensées récurrentes, l’addiction à un aliment, les angoisses, la dépression, la gestion du stress, la douleur, les peurs, le burn out, le deuil…

Les avantages de cette technique sont multiples :

·         la précision d'intervention au niveau neurologique,

·         la rapidité de mise en œuvre : une séance dépasse rarement 30 minutes (hors recueil d’informations) 

·         la rapidité d'intégration au niveau neurologique : dès les jours qui suivent la séance, les résultats sont visibles. Parfois même le soulagement est instantané.

·         l'autonomie du sujet : selon certaines problématiques, le sujet peut se voir expliquer des techniques qu'il pourra de lui-même utiliser chez lui en cas de besoin et cela en toute autonomie.

·         s'adresse aux petits comme aux grands, aux jeunes comme aux plus matures.

 

Cette technique est également puissante pour apporter de la ressource et permettre au sujet de se reconnecter à un savoir-faire qu’il avait à une époque et qu’il a perdu depuis ; ceci en recréant un accès au souvenir d’un savoir-faire intellectuel ou physique et en le reconnectant au ici et maintenant. Ainsi on va recréer un réseau neuronal et une autoroute d’informations pour alimenter ce réseau. Par exemple chez un sportif qui, suite à une lésion d’un membre, ne réussit pas à retrouver toute la mobilité de ce membre, le DNR va lui permettre de recréer les connexions neuronales de l’acquis antérieur et de le ramener à la surface pour retrouver par la suite la pleine mobilité du membre défaillant. 

Pourquoi le DNR est plus puisant et plus respectueux que l’EMDR ?

Il y a souvent des résidus qui ne sont pas traités et beaucoup d’abréactions avec l’EMDR. Sans compter que même si l’outil, dans son cœur, est efficace, le process est long. Il faut souvent compter entre 7 à 8 séances pour régler un traumatisme en passant par des séances souvent douloureuses à revivre pour le sujet. Ce qui occasionne très souvent son abandon avant la fin. Le DNR ne va nécessiter, lui, qu’une seule séance tout au plus deux, sans que la personne ne revive son traumatisme et les souvenirs douloureux qui y sont associés. 

Quelques exemples : 

  • Le DNR et la gestion du deuil : 30 minutes chrono

Depuis que j’utilise cet outil, j’ai pu constater son efficacité extrême dans l’accompagnement à la gestion des deuils de personnes non faits.

Toutes les semaines, je suis amenée à guider de nombreuses personnes à faire le deuil d’un être cher même des années après le décès. Par des thérapies « classiques », le processus de deuil est souvent long et douloureux. Avec le DNR, 30 minutes après le début de la séance, le deuil est fait. Les personnes se sentent comme allégées, plus détendues, « un poids en moins sur les épaules ». Dans les jours qui suivent des améliorations sont constatées au niveau du sommeil, du comportement et même du poids puisque les retours que j’ai sont au moins bien une sensation d’avoir dégonflé et au mieux plusieurs kilos en moins sur la balance sont constatés.

  • Le DNR et la gestion du stress

J’ai aussi très souvent recours au DNR lorsque je travaille sur la gestion du stress et du burn-out.

Les effets immédiats sont similaires au lâcher-prise. Le corps est détenu, le mental aussi. Le sujet apaisé, est plus calme et lucide pour opérer des choix et des changements conscients. La séance est intégrée au niveau inconscient dans la nuit qui suit la séance et les premiers changements constatés dans les jours suivants. Couplé à la Programmation Neuro-Linguistique (PNL), le sujet peut ainsi modifier ses croyances, retrouver confiance en lui, définir de nouveaux objectifs et orienter sa vie différemment.

  • Le DNR et la gestion des traumatismes

Pour ce qui est de la gestion des traumatismes, le constat est le même. Souvent une séance, voire deux suffisent à effacer les souvenirs douloureux d’un traumatisme : agressions, accidents, maltraitance physique et émotionnelle, etc.

Dans le cas des traumatismes, on peut travailler en deux temps : soit dans les 2 heures qui suivent le traumatisme, par exemples un accident, une agression, soit il faut attendre au minimum 21 jours pour pouvoir intervenir. 

Par la suite, pour un effacement optimal de toute la chaine traumatique, je complète la séance par une séance de PNL.

  • Le DNR et la gestion de la douleur

Sur ce sujet, on va apprendre au patient à devenir autonome en lui apprenant un protocole rapide et simple accès sur la visualisation et la stimulation bilatérale par taping. On pourrait supprimer totalement la douleur mais comme elle a sa raison d’être, on va réduire son intensité pour la rendre supportable. 10 à 15 minutes suffisent pour atteindre l’objectif. L’avantage est que le patient est acteur de la gestion de sa propre douleur. 

Qui pratique cette technique ?

Actuellement en France, encore peu de praticiens sont formés à cette technique thérapeutique pointue qui nécessite une absolue confiance en soi de la part du thérapeute mais également un climat de confiance entre lui et le sujet. 

Elle exige une connaissance et une maîtrise parfaite des rouages de la PNL. C'est pour cette raison que le DNR n'est accessible qu'aux praticiens PNL certifiés. Elle fait l'objet d'une certification particulière délivrée suite à des épreuves théoriques et pratiques.